mission de vie_énergie illimitée
ABONDANCE,  ÂME

Trouver sa mission de vie : le piège

Salut mon ami.e

Nous entendons beaucoup parler de la « mission de vie », du « pourquoi », de l’« appel ». Mettre un sens à son existence et à ce que nous laissons aux autres est une démarche honorable. Mais j’entends de plus en plus de monde autour de moi me dire avec la mine défaite voire du stress « Je n’ai pas trouvé ma mission de vie/mon pourquoi » ; comme s’ils étaient en train de rater leur vie…Faisons le clair dans tout ça !

Il existe beaucoup de conseils sur la façon de trouver son Pourquoi, mais la plupart d’entre eux mettent, à mon sens, une pression implicite, et passent à côté de la vraie cible. C’est cette réflexion que je veux partager avec toi aujourd’hui. Prépare-toi à un énorme soupir de soulagement parce que c’est plus simple que tu ne le penses.

Dernièrement, je me suis concentrée à être davantage bienveillante envers moi-même et à ralentir mon quotidien. Pourquoi ? Parce que cela me fait réellement du bien mais aussi parce que je me sens souvent anxieuse à l’approche de la fin et de la nouvelle année. Il est possible que tu ressentes la même chose. On se met beaucoup de pression pour définir nos bonnes intentions, s’en tenir à nos résolutions, désencombrer et planifier la semaine, le mois ou l’année parfaite.

Le simple fait de penser à nos objectifs peut littéralement nous faire transpirer, surtout en décembre/janvier. Qu’on le veuille ou non, nous sommes face à un Everest. Nous sommes appelés à nous précipiter dans de nouvelles habitudes et tout le tralala. D’ailleurs peut-être que tu réfléchis aux 365 derniers jours et que tu te dis : « Eh bien, j’en ai certes beaucoup fait, mais à quoi ça sert ? Quel est mon « appel supérieur » ? Comment puis-je arrêter de faire la souris qui s’épuise dans sa roue et me mettre à ma vraie mission de vie ? Et pour être encore plus direct : qu’est-ce que je suis supposé.e faire de ma vie ?!

J’ai eu du mal avec cela aussi, jusqu’à ce que j’ai finalement trouvé mon but avec le bien-être (jus verts, Pilates, motivation, danse etc.). Au début, je me sentais très forte et fière. « J’y étais enfin arrivée spirituellement ». Pour le reste de mes jours, je n’aurais pas à m’inquiéter de la question lancinante et brûlante « Quel est ma mission de vie ? ». Je me disais : « Finalement ma blessure au genou était une bénédiction ». Cela semblait assez clair : ma mission était d’aider les gens à améliorer leur santé, d’enseigner la prévention et de sensibiliser le monde au bien-être. That’s it ! La boucle « karmique » était bouclée.

Mais voilà le problème : lorsque notre objectif est externe, il y a des chances pour que nous ne l’atteignons jamais. Si nous associons notre valeur ou notre sens à notre vocation, à notre objectif ou à une activité, nous nous préparons probablement à l’inconfort voir à l’échec.

 

Trouver son but suprême

Ton but n’a rien à voir avec ce que tu fais. Voilà, c’est dit. Ton but est en fait assez simple, c’est de t’éveiller. Découvrir et cultiver qui tu es vraiment, te connaître, t’aimer au plus profond de toi-même et te faire confiance lorsque tu te sens perdu.e. Plus tu fais cela, plus tu deviens conscient.e et présent.e, ce qui crée plus d’harmonie dans ta vie. Tout le reste s’appelle de la passion ardente, une mission inspirée, un travail, un passe-temps ressourçant, etc. Ces choses sont puissantes et très utiles, mais elles ne sont pas ton but. Ton but est beaucoup, beaucoup plus grand que cela.

Cette remise en question de la mission de vie m’est venue lorsque mon travail n’a pas été apprécié ou lorsque mes efforts étaient négligés ou critiqués. Parfois, les gens chériront ton travail, parfois ils ne le feront pas. Parfois, tu auras ce fameux poste, parfois non. Tu seras sur le podium et puis tu seras « passé.e ». Tu seras remercié.e et pris.e pour acquis. Tu donneras et tu n’auras rien en retour. Tu seras “aimé.e” sans pour autant avoir davantage d’amis. C’est la vie. Mais alors quoi ? Cela voudra dire que tu ne vaux rien et que tu étais à côté de ta (mission de) vie ?

Heureusement, absolument pas. Vois-tu comment lier ta valeur à ce yo-yo ne te rendra qu’épuisé.e, déprimé.e et même rempli.e de ressentiment ? Ancre ton but à l’intérieur de toi. Sinon, tu te retrouveras à la dérive encore et encore.

Et si notre mission de vie était différente de ce que nous pensions ?

  • Et si ton but était de construire une relation continue avec toi-même ? Tomber profondément amoureux.se de toi ? Ce n’est pas égocentrique ou égoïste, c’est auto-expansif. Interconnecté. Conscient.
  • Et si ton but était de te pardonner et de pardonner aux autres ? Et ainsi, permettre à de chaleureuses vagues de compassion d’inonder toute la planète (et toi-même).
  • Et si ton but était de guérir doucement de tout auto-sabotage ? Et ainsi, devenir un mentor et un modèle pour que les autres fassent de même.
  • Et si ton but était de te libérer de toute honte et tout sentiment d’indignité ? Devine ce que tu trouveras derrière ces sentiments ? Vulnérabilité – où réside ta force et ton courage.
  • Et si ton but était d’apprendre que la perfection n’existe pas et que ta quête infinie de celle-ci détruit ta vie et tes relations ? Lâcher prise.
  • Et si ton but était de te traiter avec bienveillance pour élever ton énergie et le monde qui t’entoure ?
  • Et si ton but était de développer une confiance éternelle en toi-même ? Souviens-toi de ta valeur et fais-toi plaisir. Plus ta foi devient profonde, plus ta connexion à une puissance supérieure est forte.
  • Et si ton but était de prendre de prendre soin de toi afin d’avoir l’énergie et la joie de servir les autres ?
  • Et si ton but était de rester immobile et d’écouter la petite voix à l’intérieure de toi ?

Nous avons tous le choix de donner de l’importance ou non à la spirale tourbillonnante dans nos têtes, nos cœurs et notre univers. Rester ouvert.e à son intuition et choisir une autre manière de vivre est possible, voir nécessaire.

C’est en étant d’abord heureux.se, serein.e et remplie à l’intérieur de soi-même que l’on pourra diffuser et contribuer positivement aux autres, parfois sans le vouloir, sans le savoir. Les gens sont comme des plantes : nous nous penchons tous vers la lumière.

Cela dit, cela ne signifie pas que je n’aime pas mon travail ou que je vais arrêter de quelque façon que ce soit. Je chéris le fait de blogger et tout ce partage avec mes lecteurs. Et cela ne signifie pas non plus que tu ne devrais pas démarrer un orphelinat, sauver des animaux, donner du pouvoir à des femmes ou apprendre aux gens à déclarer leurs impôts. Cela signifie que tu n’as plus besoin de lier ton estime de toi-même à une plaque sur un mur, une carte de visite ou un business plan.

Ton estime de toi n’a rien à voir avec ton métier ou ta vocation mais plutôt tout à voir avec la façon dont tu te traites toi et les autres.

Tu es la lumière. Ta réelle mission de vie est de te connecter avec cette lumière en toi. Tout le reste suivra dans le temps.

 

À toi : As-tu trouvé ta mission de vie ? Si oui, quelle est-elle ? Est ce que tu t’autorises à faire plus de lumière et d’amour en toi, avant de donner aux autres ?  Si cet article t’a fait réfléchir, partage-le avec un.e ami.e qui a besoin de lire ceci.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre

"7 recettes pour commencer les jus verts"