BIEN-ÊTRE

4 symptômes de l’intolérance au gluten à surveiller de près

Hello mon ami.e,

Tu connais probablement au moins une personne qui ne mange pas de gluten. Elle a peut-être eu un diagnostic de maladie cœliaque ou se sent juste en meilleure santé depuis qu’elle l’a éliminé de son assiette. Peut-être l’as-tu toi-même retiré de ton régime (ou au moins y as-tu pensé!). Quoi qu’il en soit, impossible aujourd’hui de parcourir la plupart les magasins ou menus de restaurants sans voir la mention “sans gluten”.

Bien que le nombre de cas de maladie cœliaque reste stable, le nombre de personnes qui suivent un régime sans gluten augmente de façon exponentielle depuis une dizaine d’année(référence). Parmi ceux qui consomment sans gluten, plus de la moitié sont des personnes non coeliaques mais qui évitent le gluten. D’après le Huffington Post, le marché du sans gluten croît de 30% par an en France et représentait un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros en 2016, soit deux fois plus important qu’en 2012. Ce chiffre devrait encore progresser de 20 millions d’euros dans les années à venir (référence).

Pourquoi tant de personnes arrêtent-elles le gluten si elles ne souffrent pas de la maladie cœliaque ? Eh bien, le gluten peut entraîner plusieurs inconforts. Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons préciser les différences entre la maladie coeliaque, l’allergie au blé, l’intolérance et la sensibilité au gluten. Ensuite, nous aborderons les quatre symptômes les plus courants de sensibilité au gluten afin que vous puissiez déterminer si un régime sans gluten est à prévoir.

 

Quand gluten rime avec ennuis

Le gluten, en latin «colle», est un groupe de protéines que l’on trouve dans le blé, l’orge, le seigle, le triticale, le malt, la levure de bière, l’amidon de blé et des dérivés du blé comme les baies de blé, le blé dur, les amandes, la semoule, l’épeautre et la farine. Le gluten ne va malheureusement pas à tout le monde et peut entraîner des problèmes de santé :

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune. Les personnes qui en sont atteintes produisent certains anticorps lorsqu’elles mangent du gluten. Ces anticorps détruisent les villosités, qui sont des projections en forme de doigts dans l’intestin grêle qui facilitent l’absorption des nutriments. Les symptômes de la maladie sont alors la diarrhée, les ballonnements, l’anémie ferriprive, la fatigue, les migraines, la stérilité, les fausses couches, le retard de croissance des enfants, la perte de poids, la brume cérébrale et la dépression.

Les médecins détectent la maladie cœliaque en faisant un test sanguin qui recherche les anticorps coeliaques produits par le corps. C’est pourquoi il est important que les personnes testées pour la maladie coeliaque continuent à consommer du gluten pendant la période de test. Lorsque l’échantillon de sang présente des anticorps coeliaques, le médecin recommande souvent une biopsie de l’intestin grêle pour confirmer le diagnostic.

Le gluten est à bannir pour toute personne atteinte de maladie coeliaque. Techniquement, ce n’est pas une allergie alimentaire, mais on la désigne souvent comme telle pour souligner à quel point il est important que les personnes atteintes de la maladie l’évitent à tout prix.

Allergie au blé

Une allergie au blé est un trouble dans lequel le système immunitaire traite une ou plusieurs des protéines présentes dans le blé comme des envahisseurs étrangers et libère des anticorps pour se défendre contre elles. Les réactions vont de l’anaphylaxie (la gorge se gonfle et qu’on ne peut plus respirer) à l’asthme lorsque l’on consomme du blé.

Les médecins utilisent généralement des tests cutanés pour diagnostiquer les allergies au blé, qui consistent à piquer des extraits de blé à la surface de la peau (généralement à l’avant-bras) et à observer la réaction. Des tests sanguins à la recherche d’anticorps spécifiques du blé sont également possibles.

Bien que le gluten soit présent dans tous les produits à base de blé, les personnes allergiques au blé peuvent consommer des aliments sans blé contenant du gluten (tels que l’orge, le seigle, le malt et l’avoine). Tout comme la maladie coeliaque, l’allergie au blé est une maladie grave qui nécessite d’éviter strictement les aliments contenant du blé.

Sensibilité au gluten et intolérance au gluten

Si tu ne souffres pas de la maladie cœliaque ni d’allergie au blé, tu peux quand même te sentir mal après avoir mangé du gluten ou du blé, car tu es sensible à la substance. Il n’y a pas de test médical pour la sensibilité au gluten non coeliaque et les complications ne sont pas encore bien comprises. La majorité des personnes qui évitent le gluten entrent dans cette catégorie. Manger sans gluten leur procure un soulagement des symptômes tels que ballonnements, gaz, diarrhée, constipation, brouillard cérébral, manque d’énergie, douleurs et courbatures.

La différence majeure entre la sensibilité au gluten et l’intolérance au gluten réside dans la gravité des symptômes. Les personnes intolérantes au gluten peuvent prendre plusieurs semaines avant de ressentir un soulagement après avoir retiré le gluten de leur régime alimentaire, tandis que les personnes sensibles au gluten peuvent constater des améliorations presque immédiatement. Ainsi, les personnes intolérantes au gluten peuvent éviter le gluten avec autant de zèle que les personnes allergiques au blé ou à la maladie cœliaque.

La sensibilité au gluten et l’intolérance ne sont pas bien définies par les médecins. L’élimination du gluten et l’observation simple des résultats constituent le seul «test» disponible. Les chercheurs tentent actuellement de déterminer si l’exposition au gluten chez les personnes sensibles ou intolérantes peut entraîner des complications à long terme, telles que des lésions du tractus intestinal ou des problèmes résultant d’une inflammation.

 

4 symptômes de sensibilité au gluten à surveiller

Donc, si tu n’as pas la maladie coeliaque et que tu n’es pas allergique au blé mais que tu te sens toujours misérable après avoir mangé, comment savoir si le gluten est le coupable ou non ? Parce qu’il n’y a pas de test de sensibilité au gluten ou d’intolérance, ce n’est pas toujours facile ! Mais si tu portes une attention particulière à comment tu te sens lorsque tu manges des aliments contenant du gluten ou des aliments ne contenant pas de gluten, tu remarqueras peut-être une tendance. Commence par surveiller ces symptômes de sensibilité au gluten courants :

1. Problèmes digestifs récurrents

Les personnes souffrant d’intolérance ou de sensibilité au gluten sont souvent très corpulentes et gonflées, ont des brûlures d’estomac et ressentent une douleur ou un malaise à l’estomac après avoir mangé. Elles peuvent avoir l’impression que la nourriture est bloquée et ne digèrent pas correctement et peuvent même avoir des régurgitations peu après avoir mangé. Il peut être difficile de différencier ce symptôme de sensibilité au gluten de troubles digestifs indépendants. Mais si tu as des problèmes gastro-intestinaux persistants, note comment tu te sens lorsque tu prends un repas avec ou sans gluten afin de pouvoir commencer à faire les liens.

2. Problèmes gastro-intestinaux

Les personnes sensibles au gluten peuvent souffrir de diarrhée ou de constipation (ou des deux!) après l’avoir consommé. Ces symptômes sont très similaires à ceux des personnes atteintes du syndrome du côlon irritable (SCI).

Les personnes qui ont un système digestif particulièrement sensible ont souvent une perméabilité intestinale accrue lorsqu’elles mangent du gluten. Cela signifie que les bactéries et les toxines passent à travers la muqueuse intestinale vers le reste du corps, ce qui peut entraîner une inflammation, une fatigue et des problèmes de peau. Tu as peut-être entendu parler de ce syndrome. Les personnes présentant des fuites intestinales éliminent souvent le gluten pour aider à guérir la muqueuse de leur tractus intestinal ( étude ). Guérir des intestins poreux implique généralement d’éviter la levure, les produits laitiers, le sucre et l’alcool, de gérer le stress et d’avoir une alimentation riche en nutriments.

3. Brouillards mentaux et émotionnels

Le gluten peut être à l’origine du brouillard cérébral, de la dépression, de l’anxiété et de la fatigue générale chez les personnes sensibles au gluten. Ces problèmes sont largement négligés en tant que signes de sensibilité au gluten, en particulier si aucun symptôme digestif n’existe. Cependant, une fois qu’elles ont suivi un régime sans gluten, on constate que les personnes sensibles au gluten sont plus énergiques, moins anxieuses et de meilleure humeur.

4. Maux et douleurs

Tu ressens des douleurs un peu partout ? Les personnes sensibles au gluten ont souvent des migraines, des douleurs articulaires et musculaires, voire des fourmillements ou des engourdissements dans les mains et les pieds. Ces symptômes devraient diminuer chez les personnes sensibles après une absence de gluten pendant quelques jours.

Est-ce que cela te dit quelque chose: problèmes digestifs, trouble mental ou courbatures? Éliminer le gluten pourrait t’aider.

 

Que faire si vous présentez ces symptômes de sensibilité au gluten?

Ces symptômes te semblent familiers ? Si tu présentes régulièrement l’un des symptômes de sensibilité au gluten énumérés ci-dessus, essaies d’éliminer le gluten de ton alimentation pendant au moins 3 semaines. Tu devrais commencer à te sentir mieux dès la première semaine. Conserve le gluten en dehors de ton alimentation pendant 3 semaines au total, puis, si tu souhaites le tester, réintégre-le lentement dans ta vie et évalue tes sensations après 3 jours. Si tu n’as rien changé au reste de ton alimentation, tu sauras alors si le gluten est la cause de tes soucis ou pas.

 

Si tu ne présentes pas de symptômes de sensibilité au gluten, devrais-tu quand même l’éviter?

Bien qu’un régime sans gluten puisse être merveilleusement sain, tu ne dois pas bannir le gluten sauf si tu y es sensible, intolérant.e ou atteint.e de la maladie coeliaque. Assure-toi simplement que les aliments que tu manges sont bourrés de fibres (5 g ou plus de fibres par portion), fabriqués à 100% de blé entier (comme indiqué sur l’emballage des aliments ou dans la liste des ingrédients) et faibles en sucre (moins de 5 g par portion) afin d’obtenir les aliments les moins transformés et les plus riches en nutriments possibles. Cela vaut pour tous les régimes, pas seulement le “sans gluten”!

Si tu décides d’essayer un régime sans gluten, ne lésine pas sur les grains entiers ! Fais confiance aux grains entiers sans gluten comme le mil, le quinoa, l’amarante, le sarrasin et le teff. Évite également les grignotages et les desserts sans gluten trop élaborés, car ils contiennent souvent des sucres ajoutés, des conservateurs et d’autres ingrédients inflammatoires.

Garde à l’esprit qu’il s’agit de trouver un régime alimentaire qui fonctionne pour toi, pas pour quelqu’un d’autre! Comme toujours, je t’encourage à être ton propre détective de la santé. Fais tes recherches et travaille avec des médecins et des praticiens qui adoptent une approche globale de ton bien-être. J’espère que tu iras plus loin en allant rechercher des conseils et des informations, si nécessaire. Ton exploration t’apportera un plus grand bien-être.

 

À ton tour : as-tu surmonté des problèmes de santé avec le gluten ou as-tu des questions que je pourrais aborder dans un autre article ? Partage tes expériences, questions et ressources dans les commentaires afin que nous puissions échanger des conseils et des idées!

Bonne recherche et Santé,

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre

"7 recettes pour commencer les jus verts"